Qui va doucement va sûrement

Qui va doucement va sûrement

« Chi va piano va sano » : vous avez sûrement déjà dû entendre ce dicton italien. Si prendre son temps est un luxe de nos jours, ne pas se précipiter est souvent un gage de succès. Que ce soit pour mûrir un projet ou adopter la « slow attitude » au quotidien, ne pas courir à gauche et à droite permet d’atteindre son objectif.

Privilégier le mieux au plus rapide et la qualité à la quantité va peut-être à l’encontre du discours ambiant. Pourtant, les anciens avaient déjà compris que la précipitation et la productivité à tout crin ne menaient souvent à rien de bon. Combien de fois nos grands-parents nous ont-ils répété des dictons prônant une attitude calme et posée quand nous étions empressés ? « Qui va doucement, va sûrement », « Rien ne sert de courir, il faut partir à point », « Petit à petit, l’oiseau fait son nid »… autant de mots sages qui prennent peut-être encore plus de sens de nos jours alors que l’on veut tout et le plus vite possible, sans prendre le temps d’y mettre l’énergie nécessaire sur le long terme.

« Chi va piano va sano e va lontano », dit même ce dicton italien dans sa version longue : « Qui va doucement va sûrement et va loin ». Cette force tranquille, cette aptitude à construire doucement, mais sûrement permet de s’appliquer, de peaufiner et de créer en prenant en compte les moindres détails pour au final être satisfait. De manière générale, c’est aussi une ode à la contemplation et à la douceur de vivre, une preuve qu’en prenant son temps on arrive à de beaux résultats en ayant en plus apprécié chacun de ces moments.

Nathalie

Nathalie est l'éditrice et fondatrice de "Doux You Love Me".

4 Commentaires
  1. Un dicton très sage qui se vérifie souvent ! La société dite moderne ne prend plus le temps de l’appliquer et c’est bien dommage car elle passe à côté de choses essentielles. Je pense aussi que ce dicton devrait servir de ligne de conduite à nos politiques … Passe un très bon week end Bisous

  2. Nos vies au rythme effréné nous poussent à rechercher le plus souvent possible le mode « pause ». J’ai découvert récemment l’expression « slowbisme » et ce concept de vie, exposé dans un de mes derniers billets. Cette nécessité de ralentir s’impose de plus en plus!

    1. Oui, je le crois aussi même si c’est à contre courant du discours ambiant qui prône d’en faire toujours plus !

RSS
Facebook